Nos articles

Foulards, malas, voyages et autres

À la quête du pashmina; le Kashmir, partie 1

Lorsqu'un Kashmiri nous parle du pashmina, une fierté millénaire semble l'illuminer. Le pashmina fait partie intégrante de sa culture et c'est avec beaucoup dépit qu'il observe commun ce mot a perdu tout son sens initial.

Pour le Kashmiri, le pashmina ce n'est rien de moins que l'étoffe précieuse, unique, "l'or doux" comme on l'appelle souvent, qui est produit artisanalement dans cette belle région depuis des siècles.

La région du Kashmir couvre deux pays, l'Inde et le Pakistan, et est habitée par un groupe ethnique distinct, les « Kashmiris ». Ils ont leur  propre langue et culture, similaire au Perse et à la culture Persane.

Le Kashmir est stratégiquement placé aux pieds de la chaîne de montagnes des Himalayas, entre le Paskistan, la Chine et l'Inde, ce qui a permis aux habitans d'acquérir de nombreuses compétences artisanales et produits uniques. Leur économie dépend plus que de tout autre peuple de l'artisanat. Outre les pahminas, le Kashmir est célèbre pour ses tapis en soi, le papier mâché, le safran, et plus encore.

 broderie à l'aiguille, jamawar

Broderie à la fine aiguille couvrant complètement la surface d'un châle

Les origines du véritable « pashmina »

Le Kashmir est célèbre à travers le monde pour la production d'étoffe en cachemire, le sous-poil (duvet) de chèvres de montagne. 

En principe, toutes les chèvres produisent ce sous-poil en hiver, récolté pour la production du cachemire dans de nombreux pays, dont en Écosse et en Mongolie.   Mais les fibres de ces cachemires ont un diamètre entre 15 et 22 microns.

Le cachemire utilisé par les artisans du Kashmir, provient des petites chèvres du Ladakh, vivant en haute montagne. Ces chèvres sont minuscules et survivent en très haute altitude dans des températures atteignant l'hiver -40c. Elle ont donc développé un duvet particulièrement fin. Les fibres ont un diamètre de 14 microns. Il est si fin qu'il ne peut être que filés à la main.

Au Kashmir, on ne dit jamais que ces étoffes sont en "cachemire", mais en "pashmina".

 pashmina

Le cachemire pashmina, filé à la main

Les faux pashminas

La grande popularité de ce tissu très doux en Occident et dans tout le continent indien a incité la production de masse d'imitations, autant du style que de la finesse du cachemire lui-même.

Le développement de la technologie dans l'industrie textile permet même de produire un poil équivalent à celui de la chèvre du Ladakh, par dissolution chimique des fibres de la laine mérinos. Le Punjab produit maintenant des châles et des étoles dans ses usines automatisées, qui peuvent même mécaniquement reproduire avec précision le travail de broderie. Ces châles sont vendus peu cher dans toute l'Inde, et sont exportés en tant que véritable "pashminas".

 

machine made pashmina

Foulard fait à la machine, du Kashmir, en laine mérino

Les métiers à tisser automatisés au Kashmir

En réaction à cette popularité croissante pour le châle de type pashmina, les artisans du Kashmir ont développé l'automatisation de métiers à tisser afin de produire à bas pris des châles qui respectent leurs standards de qualité pour lesquels ils sont reconnus. Ces châles entrent en concurrence directe avec les productions massives des usines du Punjab et de la Chine, mais s'en distinguent par la qualité du tissage et un contrôle de qualité rigoureux pour lequel les Kashmiris sont reconnus.

Le tissage automatisé au Kashmir est une nécessité économique, et les châles ne se comparent pas aux produits fabriqués manuellement. D'ailleurs les artisans du Kashmir n'ont pas la prétention d'en faire des «pashminas ». Ils sont vendus simplement en tant que foulards et châles du Kashmir, ou les métiers automatisés demeurent malgré tout très manuels comparativement à ceux des grandes usines du monde industrialisé.

 

atelier de tissage

Une atelier de tissage

Kuthpur, le vllage de tisserands

À Kuthpur, les familles tissent depuis des générations. Il y a quelques années elles ont décidé de se moderniser pour répondre à la demande croissante de produits textiles variés et bons marché. Aujourd'hui, le village a plus de 400 métiers à tisser automatiques. Ce sont des machines de grandes précisions qui tissent en maintenant les normes et la technique de tissage du Kashmir. Même si elles fonctionnent seules, ces machines ne sont jamais laissées sans surveillance et tissent sous l'oeil attentif d'un maître tisseran qui vérifie la qualité du tissu qui évolue sous ses yeux.

Usine de tissage

La négation

Le tissage manuel des pashminas du Kashmir est un art reconnu à travers le monde entier, mais peu de gens dans l'industrie du textile ne savent que le Kashmir a aussi des métiers à tisser automatiques. Même que les géants de l'industrie en Inde renieront que le Kashmir a des manufactures de tissus qui produit des foulards de qualité. Les marchands originaires du Kashmir, qui ont des boutiques de foulards dans les zones touristiques en Inde sont eux mêmes incertains de l'origine du matériel qu'ils vendent.

 

des échantillons

Étole du Kashmir en laine, avec broderie faite à la main

Les styles courants provenant du Kashmir

Les foulards faits à la machine au Kashmir semblent de qualité supérieure puisqu'ils sont produits en quantité limitée et la production mieux contrôlée. Les techniques de tissage sont les mêmes que celles utilisées par les métiers manuels. Les commerçants Kashimiris aiment dirent que leurs foulards sont plus résistants que ceux produits dans les usines du Punjab. J'ai voulu évaluer ce fait moi-même. Alors j'ai testé un de leur foulard unicolore à tissage style diamant, en laine fine et soie. Je l'ai maltraité pendant longtemps, le portant avec mon gros sac à doc, l'utilisant comme oreiller pendant mes voyages de nuit en bus, couvrant ma tête et mon visage dans les tempêtes de sable, etc. De plus je l'ai lavé souvent, avec savon dur. Après 1 an, il est toujours intact, n'a jamais déformé ou troué. Il est moins brillant, mais un peu plus doux!

Acheter un foulard fait au Kashmir

C'est un peu difficile de trouver sur le marché un foulard provenant des usines du Kashmir, puisqu'ils ne sont pas identifiés comme tels. En Inde la plupart des boutiques de foulards et de souvenirs vendent des foulards faits au Punjab, au Népal et même des imitations de pashmina en synthétique provenant de Chine. Mais beaucoup de commerçants sont originaires du Kashmir, et s'il est indiqué sur leur enseigne qu'ils vendent des produits du Kashmir, c'est bien possible de trouver ces foulards auprès des pashminas faits à la main. Néanmoins, beaucoup ne savent même pas que leurs compatriotes ont développé des usines textiles, ou encore, préfèrent vendre les produits du Punjab ou du Népal, qui leur coûtent beaucoup moins cher.

Les foulards faits à la machine au Kashmir sont aussi souvent exportés vers les pays occidentaux comme étant des « pashminas ». Je trouve souvent ces foulards que je reconnais bien, sur les magasins en ligne de foulards et accessoires de luxe, vendus à prix exorbitant comme étant fait à la main et en cachemire pashmina. Si le vendeur offre également de vrais produits artisanaux, il sera plus honnête sur l'origine et la composition de ces produits machinés.

Jacquard

Le tissage de type jacquard 

Petit guide sur les styles de foulards du Kashmir

Voici un petit guide pour vous aider à répérer et acheter un foulard fabriqué au Kashmir. Ces foulards bon marché sont en mélange de laine fine et de soie, pour reproduire très bien la texture du cachemire fin pashmina. Les vendeurs diront qu'ils sont du cachemire Kashmir. Ils sont disponibles en tissage de type diamant (bulbul), le modèle le plus populaire et le plus imité, souvent vendu en tant que pashmina. Le tissage Jascquar est également populaire (photo ci-dessus) et peut être disponible en version unicolore, avec ou sans rayures et bordures. Certains sont également partiellement filetés (jalli).

 

Le tissage diamand, serré et doux

Le tissage diamant, serré et doux, typique du Kashmir

La finition artistique à la main

Le Kashmir est aussi reconnu pour sa broderie et la décoration au crochet du textile. Les pashminas ainsi décorés sont forcément inabordables, car le tissu est trop mou et très difficile à travailler. Les mêmes motifs sont appliqués manuellement sur les foulards en laine plus épaisse, ce qui rend accessible ces œuvres d'art qui prendront de la valeur avec le temps.

 

broderie

Bordure avec broderie

La finition artistique peut couvrir toute la surface du foulard (jamawar) ou seulement les bordures (palla). Le dessin de style papier mâché reproduit les motifs traditionnels de l'art du papier maché typique du Kashmir. Le crochetage aura quant à lui des niveaux de complexités variés, impossibles à reproduire mécaniquement. Le Sosni est une broderie réversible; par une technique ingénieuse, le motif est identique, mais de couleur différente sur les deux côtés du tissu. technique the design is identical on both sides in different color.

 

broderie style papier-mâché

Papier mâché jamawar 

Conclusion

L'industrie textile du Kashmir est très récente et tente de trouver sa place parmi les géants du continent; le Punjab, la Chine et jusqu'à un certain point, le Népal qui est déjà bien établi avec ses produits spécifiques. Acheter fait au Kashmir, c'est aider une population qui a de la difficulté à se relever de ses épreuves (politiques, économiques, géographiques). Acheter un produit machiné ne déplacera pas de son piédestal le véritable pashmina fait à la main, qui est impossible à imiter. Ce dernier est menacé de l'intérieur, et non des imitations machinées qui ne peuvent le remplacer. Lisez mon prochain article pour en savoir plus, sur ce produit magnifique 

Nos produits sont envoyés de Montréal, Qc, Canada

Nous n'avons pas de boutique sur rue. Mais nous présentons nos produits dans des foires artisanales (après la pandémie).

Inscrivez-vous à notre infolettre