Nos articles

Foulards, malas, voyages et autres

À la quête du pashmina; explorons le Népal

Le pashmina du Népal est populaire partout dans le monde, avec son style distinct, son petit côté artisanal et surtout son bas prix. Mais dans les marchés du Népal, l'acheteur avisé se trouve vite plongé dans la confusion. Le "pashmina" offert dans toutes les boutiques ici n'a rien à voir avec les produits de qualité disponibles dans son propre pays. De plus, les vendeurs racontent toute sortes d'histoires qui se contredisent, autant sur l'origine du produit que sur la qualité et le prix. 

Le "pashmina" Népalais

Les Népalais aiment dire que le pashmina est originaire de leur pays. Mais comme nous le savons bien, le mot pashmina ne veut rien dire en soi, mais est associé avec le cachemire très fin. Les habitants des montagnes recueillent le fin duvet des chèvres depuis des milliers d’années, à cause de ses propriétés isolantes et sa douceur. Mais cette tradition s’étend à toute la région des Himalayas qui n’a rien à voir avec les frontières géo-politiques actuelles. Les peuples transigent entre eux depuis longtemps et c’est difficile d’associer le cachemire à l’un d’eux seulement.

C’est la version économique produite à grande échelle par le Népal qui a mis ce pays sur la carte du “Pashmina. Le Pashmina était d’abord devenu connu dans la communauté européenne après que des visiteurs ont rapporté du Kashmir des magnifiques châles qui sont devenus vite associés à un produit de grand luxe. Ce n’est qu’à la fin du siècle dernier que le pashmina Népalais est devenu populaire, car personne ne pouvait se permettre d’acheter ces oeuvres d’art valant souvent des milliers de dollars.

La grande popularité du foulard népalais a inversement affecté sa réputation, puisque tout le monde s’est improvisé tisseur en sortant le métier familial pour produire des “pashminas”, sans contrôle de qualité. Et la Chine, avec ses imitations synthétiques faites à la machine identifié “100% pashmina, fait au Népal” a grandement nui à l’industrie. (The Kathmandu Post, july 2014)

 Puran de Indecom, producteur de foulards en cachemire

"Le Pashmina c'est du cachemire, et le cashemire c'est de la laine, avec les mêmes propriétés que la laine"

Puran Bahadur Baniya Chhetri, directeur de Indecom PVT

 

Le Chyangra Pashmina

Depuis 2010 la réputation du pashmina Népalais s’améliore petit à petit. Le gouvernement imposent de nouveaux standards et encourage les producteurs à tester le contenu des fibres. Ils peuvent maintenant apposer l’étiquette portant le nom officiel de “Chyangra Pashmina” ainsi qu’un numéro de série unique, si la fibre contient plus de 50% de cachemire fin de qualité A, soit ayant un diamètre de moins de 16.5 microns. Les fils sont toutefois importés de Chine, et la dénomination Chyangra Pashmina est plus une stratégie de marketing et une protection contre les produits de mauvaise qualité. Dernièrement une nouvelle tendance au Népal voit le jour; le foulard designer, avec impressions modernes, tissées ou imprimées. Ces foulards sont parfois magnifiques, mais ils peuvent être faits de mélange de laine fine et autres matériaux, avec le cachemire.

 

Madgav Pendav, vendeur de foulards à Thamel, à Kathmandu

“Le vrai pashmina provient uniquement du Kashmir”

Himal Raj Giri, producteur et propriétaire de Pure Clothing

Fait mains, mais…

D’après l’association Nepal Pashmina Industries, le Népal “est célèbre dans le monde entier pour ses Pashminas produits à la main sur des métiers à tisser traditionnels”. Et c’est vrai. Toutefois ce ne sont pas des foulards artisanaux à proprement parler. Les métiers sont effectivement mis en fonction manuellement, mais pas par une femme dans sa maison, comme le démontre l’imagerie locale. Des hommes forts, bien rémunérés, actionnent les métiers pendant des heures et des heures, produisant ainsi des foulards à la douzaine quotidiennement. La matière première continue à être produite en Mongolie et traitée en Chine, qui l’exporte au Népal en bobines géantes.

 

Madgav Panday, propriétaire de Navagurda Pashmina Industry

Le pashmina n'est qu'une variété très fine du cachemire

Madgav Panday, propriétaire de Navagurda Pashmina Industry

 

Acheter un “Pashmina” Népalais

Voici un bref survol des types de foulards typiquement Népalais qu’on peut retrouver sur le marché, en particulier dans les bazars locaux. Je n’inclus pas ici les foulards artisanaux, destinés surtout à l’exportation, avec l’appellation Chyangra pashmina. Les produits vendus localement n’ont jamais cette étiquette, même sur les foulards chers authentiques en cachemire.

 foulard népalais

Le style “cachemire népalais”

 

Foulard bon marché, en imitation cachemire. C’est le plus populaire et le plus vendu aux touristes. Également exporté et offert par les boutiques en ligne, souvent comme étant du vrai cachemire. Ce foulard est épais, doux et confortable, fait d’un mélange de laine mérinos, de cachemire de catégorie inférieure et d’acrylic. Disponible dans toutes les teintes et couleurs, avec ou sans impression. Certains sont très bien faits et peuvent ressembler à s’y méprendre à du vrai cachemire, mais le China exporte également des imitations de moindre qualité.

 

Foulards ultra doux en cachemire de Mongolie, dans une boutique à Kathmandu

Le vrai cachemire

C’est le vrai cachemire typiquement Népalais, et ce qui a inspiré le produit ci-dessus. Il est d’une douceur inégalée et sans comparaison avec le faux. Ils sont typiquement identifiés comme ayant une épaisseur “4 plis” (la plus populaire), mais en fait les fils sont à deux plis et l’épaisseur est produite par le métier (4 paddles).

 

Foulard typique vendu au Népal, comme étant du pashmina

Mélange cachemire et soie

Ces foulards et étoles sont les plus exportés et les plus populaires, vendus même dans les grands magasins en Amérique du Nord. Ils sont en mélange 70 ou 80% cachemire et le reste en soie, d’épaisseur variée. Ils sont toujours vendus en tant que “pashmina” et ont une frange. Ils sont de qualité, souples, et moulent élégamment le corps.

Foulards ultra fin en cachemire, connus sous le nom de "Ring Shawls"

Foulards ultra fins en cachemire de Mongolie, connus sous le nom de "Ring Shawls"

 

Le Népal produit aussi des foulards très fins en 100% cachemire et laine de mérinos. Ils sont beaucoup moins chers que leurs cousins luxueux du Kashmir et disponibles dans une grande variété de couleurs, avec ou sans impression. Le foulard ultra fin (ring shawl) et vaporeux en cachemire qui ressemble le plus au vrai pashmina peut être vendu entre 50$ et 80$ ou plus, dépendant du design, de l’épaisseur, de la saison, de la situation politique ou économique et la capacité de négociation de l’acheteur. Ceci n’est qu’un conseil. Mais quoiqu’il arrive, ne payez jamais des centaines de dollars pour un pashmina acheté dans un bazar au Népal.

 

Conclusion

J’adore les foulards de qualité faits au Népal, mais je les définis comme des beaux foulards en cachemire ou en laine fine, mais pas comme des foulards pashminas, la fibre ultra luxueuse.

Nos produits sont envoyés de Montréal, Qc, Canada

Nous n'avons pas de boutique sur rue. Mais nous présentons nos produits dans des foires artisanales (après la pandémie).

Inscrivez-vous à notre infolettre